STLG RECYCLAGE :DONNE UNE SECONDE VIE AUX DÉCHETS DES FERRAILLES ET MÉTAUX


Intégrée dans une holding composée de treize entités, STLG Recyclage rejoint ce groupe d’entreprises en 2017.

Même si toutes affichent des spécificités, tant en termes de spécialisation que d’effectifs, elles présentent un point commun : Œuvrer pour l’économie circulaire en collectant et en valorisant les déchets tout en recherchant toujours des axes nouveaux de valorisation.


Rencontre avec Pierre Marhem, Directeur de STLG recyclage, et Florent Vion, Directeur technique de la holding.


Les Cahiers de l’Environnement : Pouvez-vous nous présenter cette holding de treize entités :

Florent Vion : Je ne vous citerai que les plus importantes, tant l’hétérogénéité de leurs profils est importante. Vous avez en effet des structures composées de 40 à 80 collaborateurs et de petites entités de deux personnes. Pour autant, toutes sont animées par l’envie de participer, à leurs échelles respectives, à l’économie circulaire de la valorisation des déchets de chantiers. Vous avez ainsi une entreprise spécialisée dans la location et la mise à disposition d’engins de TP avec ou sans chauffeurs, qui collabore notamment et activement sur le Grand Paris. Vous trouvez également une structure dédiée à la collecte et au tri de déchets de chantiers. Nous pouvons aussi citer une entreprise – la seule qui ne soit pas située en Île-de-France, mais dans le Loiret - appelée Loiret Affinage, et qui collecte en particulier l’aluminium et le valorise sous forme de lingots destinés principalement à l’industrie automobile. Enfin, STLG Recyclage est spécialisée dans le recyclage des métaux et des ferrailles. Nous sommes en mesure de traiter l’ensemble des types de ferrailles et de métaux. A ce jour, nos capacités de recyclage s’élèvent, pour les métaux ferreux, à 180 000 tonnes par an, et pour les métaux non ferreux, à 30 000 tonnes par an. STLG Recyclage réalise un chiffre d’affaires de 25 millions par an. Quant au groupe, présidé par une famille francilienne, il réalise un chiffre d’affaires de 110 millions d’euros annuels.


STLG recyclage, c’est : * Un service de collecte et de valorisation des déchets de matières métalliques issues des particuliers, de l’industrie et de la démolition * La location de tous les types de bennes (de la multibenne à l’ampliroll) pour la collecte et le traitement de la ferraille, métaux, DIB (Déchets Industriels Banals), végétaux, gravats, cartons, bois * La mise à disposition de véhicules adaptés (camions grues, ampliroll et semi-remorques grand volume…) * 3 sites dont un à Monterault-Fault-Yonne équipé d’un Broyeur VHU (Véhicules Hors d’Usage), d’une ligne de broyage câbles, d’une cisaille de 1000 Tonnes, de pelles de manutention avec grappins, aimants, pinces et cisailles.


Les C.E : Comment mettez-vous en œuvre cette stratégie du “tout recyclable”?

Pierre Marhem : Dans la mesure du possible, nous créons des synergies avec les différentes entités de la Holding. Ainsi, par exemple, quand STLG Recyclage collecte des déchets automobiles, nous les valorisons en interne grâce à notre entreprise Loiret Affinage. C’est la raison pour laquelle, quand une épave automobile est collectée par nos soins, c’est 95% des matières présente sur chaque véhicule qui sont valorisés. Mais cette valorisation des déchets passe aussi par la création de partenariats forts avec d’autres acteurs agréés de la filière valorisation des déchets.


Les C.E : Intégrez-vous le coût carbone de chacune de vos actions de recyclage et, si oui, que mettez-vous en œuvre pour en minimiser l’impact environnemental ?

P.M : Implantés à Monterault-Fault-Yonne, en Seine-et-Marne, nous nous situons à proximité de la Seine. Nous disposons également de plateformes à Bonneuil-sur-Marne et à Gennevilliers.

C’est la raison pour laquelle nous souhaitons privilégier le transport fluvial pour la collecte des déchets de ferrailles et de métaux. En effet, dans la mesure où nous sommes amenés à intervenir sur toute l’ Île-de-France et que la région est le plus gros fournisseur de déchets de ce type, privilégier le transport fluvial permet de gagner en quantités collectées, ainsi qu'en carburant mais surtout nous permet de réduire nos émissions de CO2. Pour vous donner un ordre d’idée, nous collectons avec nos camions près de 15 tonnes de déchets par rotation, quand une péniche peut en stocker 2 000 tonnes. Par ailleurs, le transport fluvial permet de soulager le trafic routier car les camions sont source de perte de temps sur la route. Certes, le transport fluvial est un peu plus long que l’acheminement des déchets par camions, mais d’un point de vue environnemental, le gain est exponentiel. Nous avons évalué qu’avec le développement de nos activités depuis ces deux dernières années, nous économisons sur nos camions plus d’un million de kilomètres avec le développement du transport fluvial. Le même ratio s’appliquant bien sûr au carburant. Enfin, pour les cas où une externalisation est nécessaire, nous veillons à choisir nos partenaires en première intention en Île-de-France. Cela toujours dans l’optique de limiter l’impact carbone inhérent au transport.


Les C.E : L’optimisation constante de vos équipements fait-elle partie de vos priorités ?

P.M : Nous devons en effet, pour assurer presque 100% de valorisation des déchets collectés, posséder les meilleurs équipements. C’est ainsi que nous venons, par exemple, de réparer un broyeur pour 1 200 000 euros. Pour raisonner de manière plus globale, uniquement sur les investissements de nos plateformes et tous sites confondus, nous avoisinons les 5 millions d’euros en optimisation de nos équipements. Notre méthodologie consiste à investir de façon constante afin de toujours optimiser nos taux de valorisation.

Les C.E : Qui de vos axes de croissance ?

P.M : La Holding HBL affiche une volonté constante de croissance externe. Ainsi, si nous identifions une structure qui pourrait proposer des prestations complémentaires aux nôtres, nous pouvons, potentiellement, lui proposer de nous rejoindre.

L’avantage majeur de faire partie du groupe? Même si nous recensons aujourd’hui près de 400 collaborateurs au sein des 13 entités, notre système de management, toujours familial, nous permet de prendre des décisions rapidement, et de ne pas souffrir de la force d’inertie inhérente aux structures des grands groupes. Tous les membres de la Holding se sentent épaulés et soutenus pour prendre des décisions stratégiques bénéfique à chaque collaborateurs. La démonstration parfaite de l’adage “l’Union fait la force” dans le domaine du recyclage !


Les C.E : Où pouvons-nous vous rencontrer si nous souhaitons en savoir plus sur vos activités ?

P.M : La visite de nos trois plateformes franciliennes de Monterault-Fault-Yonne, Bonneuil-sur-Marne et Gennevilliers permettent de se rendre compte de notre activité, grandeur nature. Nous sommes à la disposition de toute entreprise ayant des besoins de recyclage, comme de professionnels du secteur désireux d’entrer en contact avec nous pour mieux appréhender nos objectifs et notre façon de travailler.




STLG Recyclage

Route du Petit Fossard, 77940 Esmans

Tel : 01 64 70 57 00

www.stlgrecyclage.fr

  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • YouTube
  • TikTok
Posts à l'affiche