La prise de conscience écologique s’exprime chaque jour avec un peu plus de force et d’urgence

La prise de conscience écologique s’exprime chaque jour avec un peu plus de force et d’urgence. Ce sont des citoyens qui ont envie d’agir dans leur vie quotidienne, ce sont des jeunes qui se mobilisent dans nos rues, ce sont des collectivités locales qui inventent des solutions, ce sont des entreprises et des partenaires sociaux qui en font une nouvelle priorité.


Cet appel à la mobilisation et à l’action qui traverse la société doit être une force et une exigence. Il ne suffit plus aujourd’hui d’alerter sur l’état de la situation, le diagnostic est là et implacable. Nous devons transformer le sentiment d’urgence que ressentent nos concitoyens en une capacité collective d’action.


C’est tout le sens de l’accélération et de l’amplification de notre action pour l’écologie, dont le Président de la République et le Premier ministre ont décidé d’en faire une priorité de l’acte 2 du quinquennat. Si beaucoup d’actes ont été posés depuis le début, dès le plan climat présenté à l’été 2017, nous entrons dans un temps nouveau.


Pour réussir ce défi, la transition écologique doit en effet être solidaire et ne laisser personne sur le bord de la route. C’est pourquoi nous agissons avec détermination et concrètement, pour accompagner nos concitoyens dans le passage à des véhicules plus propres grâce au succès de la prime à la conversion, dans leurs déplacements du quotidien avec le forfait mobilités durables, ou encore dans la rénovation énergétique de leurs logements à travers la transformation du CITE en une prime plus simple et plus juste.


Cela implique aussi une nouvelle méthode, qui associe mieux les Français, les territoires, les partenaires sociaux, aux grandes décisions sur la transition écologique. A ce titre, vient d’être lancée la convention citoyenne, réunissant 150 citoyens tirés au sort, et qui constitue une très belle avancée démocratique.


Au-delà, cette mobilisation collective doit aussi permettre de porter les transformations profondes qui sont nécessaires pour accomplir la transition écologique, et qui impliquent de faire évoluer nos modèles de production, de consommation, ou d’aménagement. Cela veut dire avoir le courage de mettre l’impératif écologique au coeur de tous nos choix, à l’instar de l’objectif fixé par le Président de mettre d’atteindre 0 carbone et 0 déforestation dans notre politique commerciale. C’est aussi le défi à la fois de porter la transition écologique des filières économiques et de soutenir le développement des filières de la transition écologique dans notre pays.


Dans cette mobilisation générale pour la planète, pour le climat et notre biodiversité, l’action de chacun compte, dans ses petits gestes comme ses grandes mutations. C’est ce défi collectif que nous entendons relever.



Elisabeth BORNE,

Ministre de la Transition écologique et solidaire



Posts à l'affiche