OLYMPUS


Crée en 1919, le groupe Olympus, dont le siège est situé à Tokyo, a créé les premiers microscopes pour la recherche bactériologique. Olympus s’est ensuite diversifié dans les domaines de la santé, de la recherche, de la photographie et de l’industrie avec comme stratégie d’être toujours à la pointe de ses cœurs de métier et d’anticiper les besoins des clients.

Olympus « Région Ouest », est basée à Rungis et couvre commercialement la France, la Belgique et le Luxembourg. Cette filiale a un rôle de distribution de l’ensemble des produits de toutes les divisions d’Olympus. Environ 90% des solutions mises en œuvre dans le domaine du contrôle industriel sont commercialisées en direct.

Le groupe Olympus emploie 31500 personnes pour un Ca d’environ 5.5 milliards d’euros. Il possède une dimension internationale.

Le groupe Olympus est organisé en 3 divisions

Une division Médicale : endoscopie médicale, chirurgie…

Une division Image et Son : Appareils photo et enregistreurs numériques,

Une division Solutions Scientifiques : composée essentiellement de deux départements, dont l’un dédié à la microscopie-sciences de la vie, et l’autre au contrôle industriel. Afin de toujours être plus proche des attentes de ses clients, la division Solutions Scientifiques s’est structurée, cette année, en marchés verticaux.

On retrouve pour le département Contrôle Industriel :

- Le marché Manufacturing, pour les sociétés engagées dans la fabrication et la production.

- Le marché Maintenance, pour toutes les sociétés liées à l’inspection, à la maintenance et à la prestation de services.

- Le marché de l’Environnement et du Recyclage.

Dans ces trois marchés verticaux, Olympus présente des gammes de produits, très étendues, et essentiellement:

Les systèmes de contrôle non destructifs (CND) mettent en œuvre 2 techniques principales : les ultrasons et les courants de Foucault, et se répartissent en trois catégories d’appareils :

- Les appareils de recherche de défauts dans les métaux, les plastiques, les composites, les céramiques, les gommes et verres. Le contrôle par ultrasons multiéléments, s’apparente à l’échographie, et est effectué dans les domaines de la pétrochimie, pour les pipe-lines ou encore dans l’aéronautique. Ces techniques remplacent progressivement les radiographies industrielles (rayons X), et permettent ainsi de limiter les risques, d’améliorer la rapidité des processus, et de proposer des solutions plus aisément portatives et ambulatoires. Le contrôle par les courants de Foucault (courants électriques créés dans une masse conductrice, qui sont une conséquence de l’induction électromagnétique), est destiné à localiser des défauts proches de la surface, et à déterminer certaines propriétés des matériaux.

- Les mesureurs d’épaisseur de précision,

Le Bond testing pour des contrôles de composites, liés à des émissions de vibrations (appareils comme le Bondmaster 600). • La vidéoscopie ou endoscopie industrielle, dérivée de l’application médicale, mais industrialisée pour des inspections visuelles sans démontage dans l’environnement industriel, aéronautique, militaire ou la sécurité civile.

La microscopie, Science des matériaux permet l’analyse et la mesure optique des états de surface de tous matériaux

La technologie XRF et XRD destinée à l’analyse des éléments dans la matière, et caractérisée notamment par sa portabilité pour permettre une utilisation sur le terrain (la gamme Delta ou le Terra). Les analyses par Fluorescence X (XRF) et par Diffraction X (XRD) reposent sur le principe de l’interaction de la matière avec des rayons X (rayonnement électromagnétique de haute énergie et de longueur d’ondes courtes).

Lorsqu’un faisceau de rayons X rencontre la matière et ses éléments constitutifs, les mouvements d’électrons vont induire l’émission de rayons X secondaires (fluorescence) spécifiques de chaque atome. Ces photons sont alors captés par un détecteur SDD intégré au générateur de rayons X pour identifier et quantifier les éléments en présence dans l’échantillon et pour permettre ainsi de définir sa composition chimique.

L’analyse par diffraction X ou XRD, utilise les longueurs d’ondes des photons émis par les atomes lors de la rencontre de rayons X avec la matière. Cette diffraction est captée par une caméra CCD et selon l’angle de diffraction la structure cristalline est alors déterminée grâce à un logiciel spécifique. Elle donne ainsi la composition minéralogique de la poudre analysée comme par exemple la marcassite - disulfure de fer orthonomique, la pyrite - disulfure de fer cubique, ou la pyrrhotite- sulfure de fer. XRF et XRD donnent une image cohérente de la composition de l’échantillon de matière.

Ces techniques d’analyse rapide et non destructives sont utilisées en particulier pour déterminer la composition des métaux, alliages, verres, terres, céramiques, minéraux. Ces méthodes sont pertinentes à la fois in situ, par le biais de solutions portables en XRF, en XRD (modèle Terra), et dans les laboratoires, constituant des solutions dites de paillasse.

La technologie XRD est particulièrement employée pour réaliser des analyses de poudre inorganiques, dans les sols, en géologie, pour la recherche pétrolière, pour l’analyse des boues…

La fluorescence X permet, elle, d’analyser la composition atomique de n’importe quel échantillon et quelle que soit la matrice solide, poudreuse ou liquide en quelques secondes. Cette technologie est très employée dans le recyclage des métaux, plastiques ou verres

Pour lever toute hypothèque sur ce type de dispositifs, leur utilisation nécessite un déclaratif auprès des ASN, les Autorités de Sécurité Nucléaire, et la présence d’une personne chargée de la radioprotection.

Olympus s’efforce chaque jour d’accompagner ses clients dans leur développement, mais aussi de toujours mieux connaître les marchés dans lesquels l’entreprise évolue (elle est membre de Federec), ce qui lui permet de s’adapter aux évolutions, de les anticiper souvent, et d’offrir en partage les informations qu’elle détient par le biais d’internet, ou en créant des formations spécifiques. Imagerie électronique et sécurité des personnes, constituent deux pôles importants de l’activité d’Olympus, toujours plus ambitieuse et tournée vers le futur, celui qui commence aujourd’hui.

Olympus France S.A.S.

Parc d’Affaires Silic

74 rue d’ Arcueil - BP

90165 - 94533 Rungis Cedex

Tél 01 45 60 23 09 – Fax 01 46 86 56 46

www.olympus-ims.com

Posts à l'affiche