ALLIATECH DENTAL, la dynamique du recyclage

Si Alliatech Dental occupe aujourd’hui une place centrale dans le traitement des déchets, principalement issus des cabinets dentaires, cliniques, hôpitaux, ce n’est pas par hazard.

C’est le résultat d’une politique menée par son dirigeant; François Esnault, déjà engagé, dès les années 80, dans une expérience réussie de collecte et de retraitement des piles boutons. C’est déjà une vocation de souci de l’environnement qui s’exprimait, et qui se concrétisait en 1992 par la création d’Alliatech Dental, société citoyenne.

Une vocation certes, mais qui pressentait l’évolution de la législation en la matière; l’obligation dès 1998 pour les praticiens, de justifier d’un contrat de collecte des déchets mercuriels, et de mise en conformité des équipements.

Et même avec cette évolution des obligations, il reste que malgré une prise de conscience étatique, les mentalités bougent difficilement. Ainsi le tri sélectif fondamental en début de processus, est souvent mal fait.

Face à ce flou dans les pratiques, et aux nécessités de la législation, il fallait construire un cadre rigoureux, organisé, et en même temps convivial, pour accomplir cette obligation.

Et c’est bien tout ce que représente Alliatech Dental, qui a mis en place toute la chaine d’un service complet, depuis la collecte et le transport, jusqu’au déconditionnement- reconditionnement, en passant par la prise en charge de la gestion administrative des bordereaux légaux.

Alliatech intervient sur tout le territoire français, avec des techniciens et des locaux adaptés, et le conseil en plus, pour être plus proche encore des cabinets.

Avec l’évolution de la profession dentaire, on voit de moins en moins d’amalgame utilisé, mais on prévoit qu’il sera présent encore 15 ans au moins, la nécessité demeure donc de prendre en charge les déchets.

Pour prendre en compte ce changement, Alliatech prévoit de se diversifier, et d’accroitre ses partenariats.

En partenariat avec Metaconcept Recyclage, et en profitant d’une prise de conscience croissante des professionnels prothésistes (4200 en France), qui eux ne sont pas encore soumis aux mêmes obligations de recyclage que les dentistes, avec pourtant un potentiel très important en volume de déchets.

En créant des structures plus grandes, en accroissant le nombre des lieux de collecte, en faisant aussi évoluer les mentalités. En la matière, Alliatech est bien placée. Elle a participé, avec la plupart des instances de la profession, à la création de l’Office National Dentaire pour l’Environnement, destiné à sensibiliser la profession aux impératifs environnementaux.

Mais Alliatech a su également créer des partenariats plein d’avenir. En se différenciant des DASRI (Déchets d’activités de soins à risques infectieux), elle a mis en place depuis 2010 le réseau Green Bin, véritable aiguillage des déchets vers leur destination pertinente: des partenaires régionaux.

En relançant aussi la collecte des piles boutons qui contiennent du mercure et de l’oxyde d’argent, car en la matière, la démercurisation ne fait hélas pas recette.

En partenariat avec Metaconcept Recyclage, leader des métaux non ferreux, dont elle souhaite à terme se rapprocher, elle compte lancer prochainement une campagne d’information et de sensibilisation sur le mercure.

Elle compte aussi sur la participation de la compagnie de fournitures Henry Schein mondialement connue, et souhaite informer plus encore les professionnels dentistes.

On le voit donc, programme ambitieux pour Alliatech Dental; former, initier, communiquer, faire évoluer, créer des structures adaptées, collecter encore, et toujours ce rôle de participant/consultant en tant qu’acteur majeur de sa profession.

Mais forte de son expérience, de ses réalisations, et de ses partenariats, elle s’est donné les moyens de relever le défi.

DentAl PArk – BP 11

ZA Bièvre Dauphine

38690 COLOMBE

Tél : +33 (0)4 76 06 58 60

Fax : +33 (0)4 76 06 16 08

Posts à l'affiche