CARBIOLICE FAIT DISPARAÎTRE LE PLASTIQUE


Savez-vous que huit millions de tonnes de plastiques sont jetées dans les océans chaque année? Une menace environnementale énorme, et pourtant évitable puisqu’il est aujourd’hui possible de repenser la fin de vie de nos emballages plastiques ! Une start’up française, Carbiolice, a trouvé une façon de rendre le plastique d’origine végétal (PLA) 100% compostable. Rencontre avec Nadia Auclair, sa Présidente.



Les Cahiers de l’Envionnement : Pouvez-vous nous présenter Carbiolice et ses collaborateurs ?

Nadia Auclair : Carbiolice est née en 2016, sous l’impulsion de trois actionnaires, tous situés près de Clermond-Ferrand : Carbios entreprise spécialisée en chimie verte qui conçoit et développe des procédés enzymatiques innovants, Limagrain Ingrédients, filiale du Groupe coopératif de renommée mondiale Limagrain et le Fonds SPI, opéré par BPI France, qui soutient l’industrialisation en France de projets innovants. Carbiolice est aujourd’hui une entreprise composée de 25 collaborateurs, dont la majorité de scientifiques et de chercheurs. Au terme de 4 années de recherche et développement, nous avons mis au point un additif enzymatique révolutionnaire qui, ajouté au plastique fabriqué à partir de matières premières végétales (polymère PLA), le rend biodégradable et compostable dans toutes les conditions y compris en conditions domestiques.


Les Cahiers de l’Envionnement : Concrètement, comment se présente et agit votre solution ?

Nadia Auclair : Nous sommes partis d’un constat alarmant : plus de la moitié des emballages ménagers plastiques présentent un taux de recyclage de seulement 5%. Si les bouteilles plastiques sont les déchets plastiques les plus recyclés, a contrario, les films, pots de yahourt, barquettes…, eux, ne le sont quasiment pas. C’est la raison pour laquelle nous avons créé Evanesto®, un additif, qui, ajouté lors de la fabrication de ces emballages, permet de les rendre entièrement compostables et biodégradables. Ainsi, moins de 200 jours suffisent pour faire disparaitre dans les composteurs ménagers barquettes ou pots de yahourts en plastique végétal. 200 jours, soit pas plus longtemps que pour un trognon de pomme !


Cette solution révolutionnaire vise ainsi l’ensemble des emballages en plastique non recyclable (soit 52%) parce que trop fins, trop complexes à recycler ou tout simplement souillés par des aliments.

Intégré lors des procédés tels que l’extrusion gonflage, le thermoformage, ou le moulage par injection... Evanesto®accélère les processus de biodégradation. Ainsi, lorsque le déchet plastique est placé dans un composteur industriel ou à domicile, l'enzyme s’active et agit comme un catalyseur : le PLA devient compostable, en répondant aux normes en vigueur aussi bien sur la durée de compostage que sur la qualité du compost obtenu. Un résultat à la hauteur des attentes, puisqu’une tonne d’Evanesto® permet de composter 20 tonnes plastiques qui ne seront alors jamais des déchets. Avec cet additif, nous espérons, à l’horizon 2025, substituer cinq milliards de pots de yahourts qui ne sont aujourd’hui pas recyclés, par cinq milliards de pots de yahourts compostables.




Les Cahiers de l’Envionnement : Qui sont vos clients ?

Nadia Auclair : Nous collaborons avec les grands noms de l’industrie agro-alimentaire, déjà engagés dans une démarche RSE. Ce sont en effet ces majors qui commercialisent le plus d’emballages (pots de yahourts et autres contenants alimentaires). Ils sont de plus en plus soucieux de l’environnement et ont à cœur de produire des emballages les plus neutres possibles. Parfois ces gros acteurs de l’agro-alimentaire sous-traitent eux-mêmes la fabrication de leurs emballages. Dans ce dernier cas, ils collaborent souvent avec des transformateurs de la plasturgie qui utilisent de la matière plastique et la mettent en oeuvre pour réaliser toutes sortent d’emballages ou de contenants. Nous pouvons alors intervenir, soit auprès de ces transformateurs, soit directement auprès des marques. Au total, cela représente, pour les industriels fabriquant leurs emballages, plus de 300 clients en Europe. Côté marques agroalimentaires, nous collaborons avec les plus grands noms qui se partagent la majorité du marché.


Enfin, nous développons un autre marché : celui de l’agriculture. En effet, nous avons conclu un partenariat avec le leader des films de paillage : le Groupe Barbier, leader français dans la fabrication de films destinés à l’agriculture. Le projet vise le développement d’un tout nouveau type de films de paillage biodégradables plus riches en plastique d’origine végétale (PLA), contenant l’additif Evanesto®, conçu pour permettre la biodégradation du PLA à température ambiante. Des tests sur ces films de paillage avec Evanesto® inside sont actuellement en cours au sein de plusieurs stations expérimentales d’horticulture. Les films sont analysés, de leur pose en champs, jusqu’au suivi de leur désintégration. Prévue pour une durée d’un an, une comparaison des films sera réalisée avec un film classique en polyéthylène, un film de paillage biodégradable du marché ne contenant pas Evanesto® et des films de paillage avec Evanesto® inside. Les résultats complets de ces tests sont attendus pour mai 2021.


Les Cahiers de l’Envionnement : Quelle est la prochaine étape de votre développement ?

Nadia Auclair : Nous venons de finaliser le développement industriel de notre technologie. Désormais, nous produisons notre additif à l’échelle industrielle. Nous avons aussi initié l’échantillonnage chez nos clients pour obtenir une validation sur leurs lignes industrielles. La prochaine étape aujourd’hui, c’est la commercialisation d’Evanesto® ! Nous venons d’ailleurs de recruter une personne dédiée à cette mission.

Parallèlement, nous travaillons sur une deuxième génération de produits, encore plus performants qui permettra de produire le même effet, mais sur des produits encore plus épais, comme les capsules de café, les pièces d’impression 3D…

Enfin, nous allons très certainement nous développer Outre-Atlantique. Des négociations avec les Etats-Unis sont en effet très avancées.



Les Cahiers de l’Envionnement : où pourrons-nous vous rencontrer durant cette année ?

Nadia Auclair : Sauf contrordre au regard du contexte sanitaire, nous serons présents sur plusieurs salons. D’abord à Paris, au salon ChangeNOW Summit 2021, qui se tiendra au Grand Palais Éphémère, du jeudi 27 mai 2021 au samedi 29 mai 2021. Du 15 au 18 juin, rendez-vous à Lyon, au salon de la filière plasturgie, au prochain salon Natexpo de Paris, au Parc des Expositions de Villepinte, du 24 au 26 octobre prochain et enfin en Allemagne, le 9 et 10 novembre, pour le Plastic Free World Exposition & Conférence.


CARBIOLICE

ZAC DE LA GRAVIERE

RUE ANDRE MESSAGER

63200 RIOM

N° de téléphone : +33 (0)4 73 33 03 00

www.carbiolice.com


Posts à l'affiche