ELEMENTS, l’énergie à l’heure du territoire

December 12, 2017

 

Voilà deux ans qu’Eléments est arrivée sur le marché des énergies renouvelables.

Basée à Montpellier (34), cette start-up crée,
construit et exploite des centrales d’énergies renouvelables.

 

 

 

 

Elle est soutenue par le fond d’investissement Noria spécialisé dans l’écologie globale, actionnaire de la société depuis sa création et apportant son expertise technique et financière.

Avec ses trois agences en France, Eléments possède un portefeuille de projets éoliens en développement de 150 MW, de 50 MW en photovoltaïques dans le sud de la France et de 10 MW en microcentrales hydroélectriques.

 

Ces énergies renouvelables prennent progressivement le pas sur les énergies fossiles, et représentent des solutions pérennes dans le temps, et sans empreinte carbone. Les projets, en chantier et en développement, sont en permanente expansion. La société Eléments, forte de son savoir-faire, de sa flexibilité et de sa philosophie tournée vers l’innovation s’est engagée dans de nombreux partenariats de co-développement afin de renforcer son positionnement.

 

La fourniture en « circuit court »

 

« Nous constatons des enjeux sur l’acceptation des EnR sur les territoires, avec des riverains en demande de liens avec les projets. Ces riverains recherchent en outre une cohérence entre les messages relayés dans les médias (COP21, Plan Climat, Transition Energétique), et la fourniture d’énergie dans leur quotidien. Ce constat nous a amené à nous engager dès la création d’Eléments dans une double approche de « l’électron local » : la fourniture en « circuit court » et la synchronisation du consommateur avec le producteur », explique Pierre-Alexandre Cichostepski, Président d’Eléments.

 

Le consommateur, souvent riverain d’une centrale de production verte, peut choisir de rattacher sa consommation électrique à cette centrale (biomasse, photovoltaïque, éolien, hydro…), dont il va devenir le client direct et exclusif. Plusieurs plateformes permettent déjà cette mise en relation des producteurs et des consommateurs.

 


La synchronisation du consommateur avec le producteur


Pourquoi ne pas faire converger la consommation en temps réel des utilisateurs avec la production
des centrales ? Ce souhait est en passe de trouver ses applications. L’objectif d’Eléments, pilote de ce projet, est de donner du sens à la production d’électricité verte : maitriser la demande en énergie, en utilisant des objets connectés assurant la digitalisation énergétique.

 

L’ambition est de passer d’une démarche linéaire classique à une démarche circulaire
de l’énergie, mettant en relation tous les acteurs, répondant à la plupart des besoins, et favorisant l’appropriation locale des ouvrages de production.

 

Pierre-Alexandre Cichostepski explique : « Il faudra adapter les techniques de type effacement diffus permettant à un opérateur de limiter la demande d’énergie des consommateurs lors d’un pic de consommation, et d’assurer la stabilité des réseaux. Il faudra aussi placer des objets connectés, ce qui permettra alors d’intervenir directement sur les installations, et conduira les riverains à ajuster leur consommation hebdomadaire (en leur faisant bénéficier de bonus). Nous nous sommes entourés d’un panel d’experts, et d’un conseil d’orientation qui dirigent nos choix techniques préalables au déploiement des solutions. Nous cherchons des solutions techniques minimalistes pour rentrer dans l’équation économique. »


En route vers le « consommateur »
d’énergie

 

 

Les études d’Eléments sur la fourniture en circuit court, puis la synchronisation de la consommation et de la production sont soutenues par le dispositif French Tech. La mise en place d’objets connectés permettra de reporter l’utilisation d’équipements indispensables pour le confort : (pompes à chaleur, radiateurs)… dans le but d’éviter les pertes, de réduire les coûts, et de se passer du recours à des solutions de fournitures de pointe souvent polluante (fossilles).

 

Un premier projet de synchronisme et de fourniture circuit court est actuellement à l’étude au coeur d’un territoire choisi par Eléments, sur lequel il y a un parc éolien en développement dont la mise en service est prévue en 2020.

 

Des intérêts de riverains, prêts à installer une box de monitoring et d’effacement et à basculer vers un nouveau fournisseur local d’énergie ont déjà été recueillis.

 


Le dialogue environnemental


« Nous nous appuyons sur l’initiative individuelle, en faisant appel aux riverains, et en créant les conditions favorables aux échanges et à la co-construction des projets. Le public participe directement, le plus en amont possible, ce qui est une approche novatrice. Nous permettons à ceux qui le désirent, de s’informer, de s’impliquer, de participer à divers ateliers et ainsi de percevoir dans quelle mesure un projet d’énergie renouvelable pourrait être intégré sur leur commune », présente Loïc Chazalet le Directeur Général d’Eléments.

 

Ces démarches innovantes et volontaristes, permettent à Eléments d’être en ligne avec les dernières préconisations du Ministère de l’Environnement et de la Mer sur le «Dialogue environnemental et la démocratie participative ».

 

Le premier territoire concerné par ces projets de développement est situé dans les Pyrénées-Orientales. Plusieurs actions dans ce domaine sont en cours, et prennent une place centrale dans la conception du projet. L’objectif étant de permettre aux riverains de mieux appréhender les enjeux et ainsi d’adhérer à la mise en place de la future centrale.

 

Une adéquation aux besoins du territoire

 

 

Eléments est au service de la demande énergétique locale, comme le présente Loïc Chazalet

« C’est ce que nous faisons au niveau d’une centrale hydroélectrique en déploiement, en un lieu où des structures publiques apportent de l’eau pour arroser les cultures. Un barrage est fait dans un cours d’eau, mis en lien avec un réservoir, et l’eau, par gravité, descend dans la plaine pour irriguer des cultures. En période estivale, l’hydrologie était insuffisante dans le cours d’eau pour arroser les plantations. Un système de pompage destiné à prendre de l’eau du lac en aval, à la remonter au niveau du réservoir, a donc été mis en place. Pendant l’hiver cette hydrologie est suffisante, et on va se servir de ces installations pour produire de l’électricité renouvelable». Le dispositif sera complété par une production d’énergie photovoltaïque permettant de disposer d’une bonne partie de l’énergie nécessaire pour faire fonctionner les ouvrages de pompage.

 

L’international en ligne de mire

 

De même, des solutions d’autoconsommation sont en cours d’étude en Afrique de l’Ouest, et permettront à terme de réguler la consommation électrique, et de préparer une autonomie énergétique en circuit court pour le tertiaire et les sites industriels. « Nous sommes intervenus sur place afin de positionner sur le réseau électrique interne, un système de suivi à distance de la consommation instantanée. Notre objectif est de comprendre la consommation du site et de proposer une installation photovoltaïque assurant l’équilibrage de la consommation et de la production. »

 

Pour Eléments, entreprise appelée à se développer et à ambitionner des projets de plus en plus conséquents, les territoires doivent tirer la meilleure partie de leurs ressources naturelles, ou selon le slogan, « Remettre l’énergie à l’heure du territoire »

 

 

 

 

 

 

 

Eléments SAS
21 rue de Verdun
34 000 Montpellier
contact@elements.green
04 34 26 61 67

 

 

 

Please reload

Posts à l'affiche

ENERGY SOLUTION - Solutions d'optimisation énergétique

December 3, 2019

1/3
Please reload