Les solutions opérationnelles de PLASTIC OMNIUM - Pour une réduction efficace des déchets à la source

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe de travail n°6 du Grenelle Environnement a fixé à l’horizon 2015 des objectifs ambitieux en matière de réduction des déchets, avec des actions qui devront avoir pour effet de limiter le recours à l’élimination. De leur côté, les collectivités françaises proposent un objectif de recyclage de 40 % en 2012 et 48 % en 2015 des déchets municipaux(1) contre environ 34 % aujourd’hui, à condition de se donner les moyens pour développer le recyclage, en particulier par le développement des dispositifs de responsabilité élargie des producteurs. Limiter la quantité de déchets, trier mieux et plus : face à ces enjeux, quelles solutions proposer ?

 

Plastic Omnium Systèmes Urbains, filiale de Plastic Omnium Environnement,  accompagne au quotidien les collectivités locales et les entreprises dans la gestion des déchets à la source. Avec une offre diversifiée de services et une gamme de produits la plus étendue du marché, Plastic Omnium Systèmes Urbains permet à ses clients d’améliorer leurs performances de gestion des déchets, de maîtriser leur budget et de communiquer sur leurs engagements environnementaux.   Nous avons rencontré Michel Kempinski, Président de Plastic Omnium Environnement. Il nous parle des solutions innovantes Plastic Omnium qui, en France comme à l’étranger, favorisent les changements de comportement.

 

Quel est le positionnement de votre entreprise dans le domaine de l’environnement ?

 

Plastic Omnium Environnement occupe une position de leader sur ses marchés et ce, dans de nombreux pays en Europe et dans le monde.

Notre métier, c’est la conteneurisation des déchets, sous toutes ses formes : bacs roulants 2 et 4 roues, corbeilles à papier, colonnes aériennes, conteneurs enterrés et semi-enterrés…, mais nous avons également d’autres activités, comme les aires de jeux ou l’aménagement des zones urbaines de centre ville (rues piétonnes, parcs, proximités d’écoles…)

En matière d’environnement, nous proposons aux collectivités des services et des produits  qui leur permettront d’atteindre leur objectif de réduire significativement et durablement la quantité de déchets produits et donc d’optimiser leur budget. Les collectivités doivent rendre compte d’une gestion irréprochable et économe auprès de leurs proches administrés soucieux de la bonne affectation de leurs impôts.

Nous suivons aussi de très près l’émergence de nouveaux marchés comme l’apport volontaire, avec les conteneurs enterrés ou semi-enterrés ou encore la « tarification incitative » qui vise à faire diminuer la quantité de déchets produits à la source, c'est-à-dire chez chacun d’entre nous. Mieux les déchets sont triés, plus ils sont recyclables/valorisables, ce qui est bon pour notre environnement.

 

Vous investissez beaucoup en recherche et innovation. Quels sont vos projets ?

 

Nous possédons un centre de R&D situé près de Lyon, dans la plaine de l’Ain qui emploie près de 300 ingénieurs. Il est dédié à la fois à nos activités automobile et à l’environnement.

Dans notre domaine d’activité, ce centre est unique au monde. Là, 30 ingénieurs, plasturgistes, chimistes, qui possèdent des expertises multiples et transverses, dont l’acier et le béton, travaillent ensemble pour développer des produits et des services toujours plus opérationnels. Et le fait d’évoluer dans un context majoritairement automobile, nous engage à travailler sur de véritables innovations qui constitueront des ruptures avec ce qui existe aujourd’hui dans la conteneurisation des déchets, en même temps que sur l’amélioration de la qualité et des techniques de fabrication d’un bon nombre de produits déjà existants. Nous déposerons une quarantaine de brevets cette année. Le succès passe par une combinaison heureuse et maîtrisée de l’innovation et de la productivité.

Notre entreprise fabrique au fil des mois, de nouveaux modèles de corbeilles à papier, de composteurs, de colonnes aériennes et enterrées pour les apports volontaires. Nous présenterons bon nombre de ces nouveautés lors du salon Pollutec qui se tiendra à Lyon début décembre 2010.

 

Qu’en est-il de votre gamme de services associés à vos produits ?

 

Il existe deux grandes familles : d’abord, la maintenance classique des produits.

Notre réseau d’agences en France est très dense. Nous proposons de maintenir les équipements dans un état irréprochable, avec des prestations de lavage et de désinfection réalisées à l’aide de camions sophistiqués qui ôtent aussi les graffitis, les affiches…

Ensuite, des prestations à valeur ajoutée : la création de bases de données et leur gestion, pour le compte de la collectivité. Pour créer cette base de données, nous procédons à des enquêtes auprès de chaque producteur, informons, communiquons puis nous analysons toutes les données recueillies pour en tirer des enseignements pratiques d’optimisation des flux de déchets en amont, par exemple.

Nous disposons aussi d’un Centre de Services Clients, (CSC) à Lyon - qui vient d’emménager dans de nouveaux locaux, ultra-modernes et plus spacieux - où plus d’une cinquantaine de personnes reçoivent et traitent des centaines d’appels chaque jour en provenance de toute la France.

Notre CSC gère également un tout nouveau service : « l’espace clients » accessible via internet et qui permet à nos clients de suivre, en toute transparence, les opérations de maintenance. Avec l’ensemble de ces services, notre objectif est de permettre aux collectivités d’optimiser leur budget de gestion des déchets.

 

Mais revenons à ce que vous évoquiez plus haut : la tarification incitative. On en parle depuis dix ans, mais concrètement, où en êtes-vous ?

 

D’abord sur la trentaine de collectivités ayant choisi ce système, Plastic Omnium en gère la moitié : nous sommes le leader sur ce marché en forte croissance où une vingtaine de collectivités s’apprêtent au cours des douze prochains mois à quitter la taxe d’enlèvement des ordures ménagères au profit de la Tarification/Redevance Incitative.

Ce mouvement s’inscrit en droite ligne dans le « Grenelle Environnement », dont l’objectif est de mettre en place toutes les solutions qui aideront à préserver l’environnement pour le futur. Plastic Omnium a développé et surtout expérimenté depuis de nombreuses années les outils pour la Tarification Incitative, afin que chaque citoyen trie ses déchets.

 

Contrairement à la taxe d’enlèvement des ordures ménagères qui est intégrée dans la taxe foncière et calculée en fonction de la surface du logement, cette tarification, que je crois plus juste, se base sur la fréquence de présentation à la collecte du bac à ordures ménagères voire sur la pesée. Le principe : une puce équipe le bac roulant et enregistre toutes les informations relatives au producteur et au bac lui-même. Ainsi, moins vous présentez votre bac, mieux vous avez trié et moins vous payez. Un montant fixe défini par la collectivité fait office d’abonnement, en quelque sorte comme le compteur d’eau et un montant variable correspond pour sa part à votre production de déchets.

Le résultat ? En France, les collectivités que nous avons accompagnées jusqu’ici dans la mise en place d’une tarification incitative ont constaté une baisse de l’ordre de 35 à 40% du tonnage résiduel d’ordures ménagères.

Vous imaginez les économies à la clé !

A l’heure où la rigueur budgétaire s’est inscrite en gras sur les agendas des collectivités, ces performances financières et citoyennes pour un environnement meilleur, sont un argument de poids.

 

Plastic Omnium Environnement

1, rue du Parc

92593 LEVALLOIS Cedex

Tél. : 01 40 87 64 00

Fax. : 01 42 70 37 32

Tags:

Please reload

Posts à l'affiche

VOLTALIA - Un développement éco-responsable par nature

January 16, 2020

1/3
Please reload